Dans un palais des sports d’Orléans qui sonnait le creux en ce début de rencontre, les Saranais recevaient les Varois, aux portes du top 5 de ce championnat. Il fallait engager de la confiance avant d’aller défier la semaine prochaine les Massicois à la lutte également pour le maintien.

Sur la feuille de match, on pouvait noter l’absence de Muyembo Nsoh, touché aux adducteurs et indisponible pendant un mois. Il était remplacé par un jeune du centre de formation : Revel ll fallait attendre la cinquième minute pour voir le Saran Loiret Handball ouvrir son compteur but par J.J Acquevillo. (6’ 2-4). Voyant son équipe impuissante en attaque, Fabien Courtial posait un temps mort pour remobiliser ses troupes. Seule éclaircie dans le ciel saranais, Miro Kocic qui tenait la baraque (18’ 7-9). A noter également l’excellente prestation de l’ailier Loirétain Lamazaa Parry avec un 3 sur 3. Alerte pour Saran avec la seconde exclusion temporaire du patron de la défense, Diaw. Grâce à une première période XXL de son gardien serbe (52% d’arrêts), Saran regagnait les vestiaires avec deux longueurs de retard (10-12).

La pause faisait du bien aux Saranais plus agressifs en défense et qui recollait au score (34’ 13-13). Sans pour autant être flamboyant, Saint Raphael reprenait l’avantage. (39’ 15-17). Si Kocic continuait sur sa lancée, en face Popescu n’était pas en reste (50% arrêts). Chema Rodriguez écopait de deux minutes pour une faute plus que discutable (46’ 19-22). Pour sa rentrée, Alexis Poirier stoppait un jet de 7 mètres et enflammait enfin le Palais des Sports. Repositionné à droite, Captain Gheysen permettait à Saran de revenir à une unité (50’ 23-24).

L’écart se stabilisait, un money time de folie s’annonçait dans le palais chaud bouillant. Gheysen encore lui permettait aux siens d’y croire encore à une minute de la fin (27-28). Un pénalty était sifflé contre les Saranais à 15 secondes du terme mais Kocic le bloquait et une contre attaque était en marche, Chema prenait ses responsabilités et tirait rapidement, le gardien adverse était battu…mais la transversale en aura décidé autrement. Cruel

Les Saranais n’auront pas le droit à l’erreur la semaine prochaine pour éviter de passer de mauvaises fêtes de fin d’année. Un grand bol d’air est nécessaire