Les Renards se sont inclinés face à Colmar, leader invaincu, de D3, une défaite logique car ils ne sont pas, pour le moment, au niveau des alsaciens. Et s’ils ont été parfois proche des Titans, Orléans a pêché, dans la finition mais surtout défensivement. Cinquième, les orléanais ont perdu du terrain sur Epinal et Champigny sur Marne. 

Pour certains, les renards n’auront pas à rougir de cette défaite si l’on suit le parcours de ces deux équipes cette saison. En face du leader invaincu se trouvait une équipe qui se cherche et qui essaye de bien faire. Pas de quoi rougir et pourtant les objectifs du début de saison sont loin, très loin. Quand on évoque le sujet avec Gilbert Ledigarcher, il y a une motivation toujours présente mais évidemment une volonté de faire prendre conscience à tous que l’urgence est là. « Oui, notre objectif est toujours intacte mais là, maintenant, le droit à l’erreur n’est plus possible et le déplacement à Evry Viry en devient capital« . Capital car il n’est plus possible de laisser des points en route. Mais pour cela, il faudra retrouver des vertus défensives et ne pas se laisser manger par l’enjeu. « Je suis déçu du jeu proposé par mon effectif car il y avait la place samedi et nous n’avons pas monté notre niveau. Nous avons fait trop d’erreurs défensives et nous avons payé cash. Il y avait la place et je pense que dans la première période nous avons confondu le jeu et l’enjeu » analyse le manager orléanais.

Alors d’un côté avec des alsaciens venus tranquillement comme si la rencontre allait être une formalité et des orléanais qui ont douté, la victoire a vite choisi son camp. « Pour gagner, il aurait fallu être des guerriers et respecter les consignes de jeux. Colmar est un adversaire moins fort que CAEN la saison dernière. Il nous faut le déclic ». Un declic qui viendra peut être du vestiaire qui vit un nouveau début de saison. Et ça se ressent dans « l’ambiance générale bien meilleure depuis le départ de Thomas St André. Nous avons traversé une forte zone de turbulence entre la défaite de Champigny et le départ de St André. Maintenant le vestiaire a retrouvé une vie normal mais l’on a besoin d’encore un peu de temps pour que la machine reparte de l’avant. Horvath et Macko sont maintenant dans une autre dynamique. La confiance avec quelques buts va revenir. il y a rien de pire qu’un buteur qui doute ».

Alors il faudra déjà battre Evry, samedi, avant de penser à Fontenay dans un match qui devrait permettre de travailler les plans de jeu. Trois semaines après, au Baron se dressera une équipe de Dammarie revancharde. Les Renards pourraient alors en profiter pour montrer qu’ils mordent encore. Trois matches avant la fin de l’année et trois victoires comme objectif. Sinon, c’est direction le chenil et la muselière.

PARTAGER
Article précédentRetour à l’eau
Article suivantEn quête de points